La Garde Cendrée

S'ils se tiennent derrière toi, offre leur ta protection.
S'ils se tiennent à tes côtés, offre leur ton respect.
S'ils se tiennent sur ta route, ne montre aucune pitié.
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Come the Apocalypse : Les bonus du DVD

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Doom
Administrateur
Capitaine
Humain Chasseur
Soldat Funeste
avatar

Messages : 319
Date d'inscription : 26/11/2015
Age : 20
Localisation : Los Santos

MessageSujet: Come the Apocalypse : Les bonus du DVD   Dim 11 Juin - 16:16

OST
Ci dessous, une liste des OST et leurs liens Youtube. (cliquez, c'est en spoiler)
Certaines pistes n'ont pas été utilisées. Mais étaient envisagées.
Come the Apocalypse - Pas très Original Soundtrack:
 

Ce qui aurait pu être
L'event était prévu comme étant mon event final, mon baroud d'honneur, marquant mon arrêt total de World of Warcraft. Boss ayant eu l'idée de me faire rester, l'event a changé. Voilà ce qui aurait du être.

Trois events ont été totalement passés à la trappe. Il aurait été question d'aider Hua-Ling Brise-d'Automne à se venger des assassins de son clan, et de la faire mourir au passage. La réussite de la vengeance, totale ou partielle, aurait déterminé le succès de la mission et donc la fin. Plus les assassins auraient été massacrés, moins de Shas seraient apparus à la mort de la Pandarène. En cas de succès total de la mission, les restes de la fortune des Brise-d'Automne auraient été reversés... aux orphelins de guerre.

Un event consistait en une traque Moby Dickesque de Kolorath, le kraken colossal du Vash'jir, responsable de la mort d'Arlene Sanders. Il aurait ainsi été possible de suivre Arlene dans les abysses, traquer la bête, la voir s'enfuir, la poursuivre jusqu'au Norfendre où Kolorath se serait allié avec des krakens de la mer Boréale. Les PJs auraient pu décider de laisser Arlene à sa folie, l'aider, ou la donner à Kolorath...
Si Arlene était abandonnée, son âme n'aurait pas trouvé le repos, et aurait hanté la mer boréale. Si Kolorath survivait mais que les Pjs étaient restés avec elle, elle aurait pu rejoindre les Salles des Valeureux, mais sous sa forme réprouvée. Si Kolorath était tué, en revanche, elle aurait rejoint les Salles des Valeureux, sous sa forme humaine.

Le dernier était celui du Casse du Siècle, qui aurait vu la mort de Vhurn et Ralf Grinsky. Celui-ci était au programme, mais Sthelios a pris les devants et a sauvé et changé Vhurn en la DK qu'on a actuellement, Violetombe la Carnassière.
Il aurait été question d'une scène de torture d'un haut-fonctionnaire de Baie-du-Butin pour dévoiler l'emplacement du coffre fort contenant l'or du Cartel. Les Pjs auraient été amenés à aider Vhurn et Ralf à percer le coffre, le vider, s'enfuir avec le butin. Le tout en luttant contre les forces spéciales et l'armée du Cartel Gentepression.
Le Casse aurait été un évident ratage, le groupe étant abandonné par Bayne et vendu, Vhurn n'aurait pas survécu et il était possible pour le groupe de choisir de lui épargner une mort lente ou au contraire l'y amener...
Ralf aurait disparu à la suite, sans rien laisser derrière lui.

À l'origine, Nellia était la machine folle tueuse d'humains. Un choix aurait été laissé au groupe : Abattre Nellia et sauver Tali, laisser Tali mourir et essayer de débuguer Nellia, ou exterminer les deux soeurs. Pour la retrouver, un jeu de piste aurait eu lieu dans tout Hurlevent.

Si Zelda était morte, elle aurait été crucifiée rapidement sur la croix, et aurait eu pour derniers mots "Maman, j'ai mal...".

Dans la version "originale", Nilathak se serait retranché dans Wyrtam, où il aurait tué ou gravement blessé Doom. La seule issue était pour Lidra de s'injecter trois doses de Joie, massacrer le démon, muter... et se faire abattre par la suite par le groupe.
Si Doom avait survécu à Nilathak, il aurait chanté un air d'opéra avant de se suicider.
L'opéra était une traduction et une adaptation aux personnages et à Warcraft de l'opéra de Final Fantasy VI : Aria di mezzo carattere. Pour plus de crédibilité, je serais venu sur le Discord pour le chanter...

Texte final
Prévus pour être des petits diaporama joués l'un après l'autre, avec les voix de chacun, le final a au final été narré par moi-même, sans images, sur le Discord. Voici le texte écrit en quelques minutes à partir de ce que j'avais déjà conçu :

"Une mort brutale et puis plus rien. C'est comme cela que s'est terminée la virtuelle vie de Nellia Corbelune, benjamine des sœurs Corbelune. Elle avait fait le serment de devenir synthétique pour oublier les tracas de sa vie organique, de sa vie d'avant. Et pourtant.
Les machines du Grand RIEN lui avait rendu son toucher de chair, ses sens, ses nerfs. Pour mieux la laisser se sacrifier. Le sens du devoir, l'amour familial.
Sans l'aide de ses précieux alliés, Nellia n'aurait cependant rien pu faire. Malgré la perfection de ses scanners, les améliorations mécaniques couplés à son agilité et son corps d'elfe de la nuit ; rien ne remplaçait une lame solide portée par un camarade organique... Auraient-ils pu faire plus ? Auraient-ils pu la sauver, elle aussi ? Certains se posèrent la question toutes leurs vies -plus ou moins courtes. D'autres laissèrent le temps et l'alcool faire le deuil de Nellia... Là où d'autre ne purent jamais le faire.  La famille Corbelune n'eut aucun descendant. Et s'éteignit à la mort inévitable de la dernière vivante, de la dernière organique à porter ce nom...
Les machines et technologies gnomes du Grand RIEN perdirent peu à peu en énergie, et furent oubliées, pendant des millénaires, avant de rejoindre un énième musée, où sont exposés des organes et des pièces de remplacement pour l'énigmatique spécimen N4.

Kathyr n'eut d'autre choix que de s'enfuir avec sa fille, loin d'Azeroth, loin de ce monde, loin de tout. Elle découvrit alors une nouvelle planète, un autre monde, un autre plan, où sa magie pourrait prospérer. Zelda, devenue adulte, reprit le flambeau.
À la mort de sa mère, une dizaine d'années plus tard, la trois-quart elfe devenue elle aussi une puissante nécromancienne, revint sur Azeroth. Certains parlent parfois de cette Exodite comme d'un fantôme, une légende aussi tenace que la rumeur de l'Outreterre. Celle laissant entendre qu'une odieuse sorcière cannibale vivrait autour du lac abandonné de tout, en hauteur, à Jorune...
Zelda Grinsky reprit le nom et le titre de sa mère, jusqu'à sa place dans le monde. Le Marchemort l'attendait, et ensemble, ils reprirent la route et les espoirs que nourrissait Raphaëlle Grinsky pour ce monde. La Prophétesse est morte, une autre prend sa place.

Doom tira dans la tête de l'elfe pendant la courte et triste fin de vie qu'elle eut le droit d'effleurer du bout de ses doigts serrés, agrippant l'arbalète. Mais malgré tout, dans les yeux verts gangrené de celle qui fut la femme de sa vie, le soldat funeste pu sentir... de la gratitude, de l’apaisement, l'acceptation. Ils n'avaient jamais eu besoin de mots pour se comprendre.
À la mort de Lidra qu'il n'avait pu empêché, il reprit le combat. Celui qui avait autrefois lutté contre vents et marées, réformé la Garde Cendrée, rassemblé les factions du monde, peu importe leurs différends, autour d'un même projet. Celui qui avait fédéré la lutte contre l'envahisseur, celui qui avait dirigé sur le terrain les troupes, celui qui fut un ami, un frère, un père, un amant. Celui qui avait été Doom reforma un groupe voué à la défense d'Azeroth et de ses peuples, le drapeau et les insignes de la Garde Cendrée comme seul héritage.
L'espoir d'avoir un jour un monde meilleur, plus juste, plus équitable, continuait malgré tout de vivre dans le cœur de ceux qui les avaient connus. Les rejoindrez-vous ?"

Une des images prévues dans le diaporama, dans le cas où Kathyr et Zelda s'étaient exilées (comme joué dans l'event),
était la suivante, que je partage, car magnifique :
 

_________________
"Pourquoi tirer une fois quand on peut tirer quarante-six fois ?"

Attaque de Roflcopter sauvage, Orneval, 1972.

Avatar totalement badass, courtesy of Mebana.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Doom
Administrateur
Capitaine
Humain Chasseur
Soldat Funeste
avatar

Messages : 319
Date d'inscription : 26/11/2015
Age : 20
Localisation : Los Santos

MessageSujet: Re: Come the Apocalypse : Les bonus du DVD   Lun 12 Juin - 12:15

Yey, trop bien la suite !

Derniers mots

Si le groupe avait majoritairement choisi le camp de Lidra, Doom aurait été le boss final de l'event. À sa mort, suivant le coup de grâce, ses derniers mots auraient été adressés à son assassin :
- Sthelios : "Soyez sympa, mec... jouez pas avec mon cadavre."
- Valria : "On savait que ça finirait comme ça, vous et moi."
- Traynia : "Tu méritais mieux, beauté..."
- Armadyl : "Vous aussi, mec ? ..."
- Keelen : "J'te souhaite le meilleur, fiston."
- Alvae : "L'élève... a dépassé..."
- Lidra : "J't'aime quand même..."
- Durion : "Y'avait aucune retenue... J'me trompe ?"
- Jarod : "C'est d'la bombe ce sort, camarade..."

Lettre de Lidra

La lettre de Lidra à Doom, en version texte.

« Mon amour,

Aujourd'hui, je décède.
Il est d'usage de déclarer sa flamme à l'être aimé avant qu'on meurt. C'est comme ça dans les romans. Alors... Je le fais. Ici. Sur papier.
Tu sais comme c'est rare que j'écrive. J'aime ça. J'aime la littérature, les bons livres, les belles phrases, les grands mots. Mais tout ça tu le sais déjà.
On me voit grande, puissante, imposante. Une impératrice de la haine et de la discipline. Une vraie chasseuse de démons. L'avatar de Natalya. La vengeance incarnée. On me dit que je suis inquisitrice dans mes choix, que je suis une tueuse parfaite. Que je suis une arme. On m'a tendu une arbalète à remonter quand j'avais dix ans. Puis seulement après de la nourriture. Et enfin de quoi m'éduquer. Je suis une enfant sauvage. Je suis une sauvage, une barbare.
Mais dans tes yeux je voyais qui j'étais vraiment.
Tout ça, tu le sais déjà. Tu sais déjà tout. Il ne fallait aucun mot pour qu'on se comprenne. Juste un regard. Une évocation, une pensée. Tu sais tout de moi. C'est sans doute étrange, mais quand je t'observais, j'avais l'impression de regarder une partie de moi. Une autre partie de moi.

J'ai presque soixante ans. Enfin, j'allais avoir cinquante-sept ans en Juillet. C'est long, une vie d'elfe. Bien trop long, quand on doit attendre toute sa vie de passer cinq années parfaites aux côtés d'un humain périssable. Qu'on peut voir grandir, mûrir, et mourir.
Or, je refuse de te voir mourir. Ça me serait bien trop pénible.
Aujourd'hui, je décède. Pour toi. Pas par ta faute, loin de là. Je meurs pour toi. Pour que tu vives. Je veux pouvoir mourir, seule, dans le froid des abysses infernales, torturée et déchiquetée par dix-mille ans de haine pure. Mais au fond de moi, je gagnerais.
Parce que tu as survécu. Tu leur a survécu.
Pire encore, tu seras heureux. Et aimé.
Quelque chose que je n'ai jamais connu. J'en suis incapable. Mais avec toi, je l'ai approché.

Comme tu le disais si bien, dans un autre monde, toi et moi... Je me suis parfois surprise à y penser. À cette vie parfaite. Nous aurions pu vivre à Wyrtam. Mon père et toi auriez pu être les meilleurs amis du monde. Ma sœur nous confierait ses enfants. Tu aurais été « Tonton Virgile », l'oncle génial et drôle, attachant et adoré de tes « petites saletés de connards profiteurs » de neveux et nièces. Je t'aurais regardé, mes lèvres coulantes sur les tiennes, en te demandant à quand notre tour... Pour récolter un grognement amusé puis un sarcasme de ta part. « Avoir des gosses, nan. En faire... »
Puis nous aurions pu déguster les mets de mon enfance. Les venaisons de mon père, les tartes de ma mère. Ma mère qui t'aurais demandé, droit dans les yeux, la date fatidique de l'inéluctable mariage. J'ai toujours fantasmé de porter une robe de mariée. De passer devant un prêtre. Nous aurions pu en rire. Faire cela comme une parodie, en faisant exprès de tout gâcher. Pour notre bon plaisir.
Notre plaisir.
Une vie parfaite, dans un monde parfait. Un monde où la guerre n'a pas encore ravagé les esprits, où les dirigeants ne sont pas des dictateurs fanatiques, asservis à une histoire bien trop complexe pour des corps périssables. Où chaos, tragédie, massacre et génocide ne sont pas des faits quotidiens qu'on raconterait de façon laconique. Où la souffrance et la douleur aurait une autre valeur que purement biologique.
Une vie parfaite, dans un monde parfait. Mais dans celui-ci, je disparais.

Sois heureux, vis. Je te l'ordonne. Protège-les, même s'ils ne te méritent pas.
Je t'aime, mon abruti.
Lidra Carrington. »

_________________
"Pourquoi tirer une fois quand on peut tirer quarante-six fois ?"

Attaque de Roflcopter sauvage, Orneval, 1972.

Avatar totalement badass, courtesy of Mebana.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Traynia Thiav

avatar

Messages : 143
Date d'inscription : 03/07/2016

MessageSujet: Re: Come the Apocalypse : Les bonus du DVD   Lun 12 Juin - 12:43

Putain les phrases en fonction de qui le tue 






Toute façon Tray ce serait jamais ranger du côté de Lidra (Elle avait pas envie de se mettre à dos les dragons). Et Durion aurait été neutre car il y a trop en lui qui rêve de changer son passé (pourquoi pas celui des autres ?), mais d'un autre côté, il aurait agit comme Doom si il était à sa place.


Mais putain mec GG cet event.


Juste épique, I cry every night.


Arma je te déteste pour la mort de Talaria.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Come the Apocalypse : Les bonus du DVD   

Revenir en haut Aller en bas
 
Come the Apocalypse : Les bonus du DVD
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La Garde Cendrée :: Rempart du Néant (RP) :: Bibliothèque :: Mémorial-
Sauter vers: