La Garde Cendrée

S'ils se tiennent derrière toi, offre leur ta protection.
S'ils se tiennent à tes côtés, offre leur ton respect.
S'ils se tiennent sur ta route, ne montre aucune pitié.
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Vigilo Confido

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Doom
Administrateur
Capitaine
Humain Chasseur
Soldat Funeste
avatar

Messages : 320
Date d'inscription : 26/11/2015
Age : 21
Localisation : Los Santos

MessageSujet: Vigilo Confido   Jeu 4 Mai - 15:29

Un deuxième supplément au codex Doom. Cette fois-ci, se situant pendant son poste de Commandant de la Garde.

Intro : Breaking Ground

« Commandant, il est six heures. »
La porte se referme. Putain de bordel de merde, mais qui a eu l'idée de se lever tôt pour bosser ? Pour une fois que j'arrivais à dormir.
Je soupire, longuement, en m'étirant. En essayant de choper Valria dans le lit... hé... Vide. Comme prévu. En mission, toujours en mission. Un jour elle reviendra, qui sait ? On a bien le droit de rêver en attendant. Et je viens de percuter.
Il m'a appelé Commandant ? Bordel. Je m'y habituerais jamais.

« Café, Commandant ?
- Nan, merci soldat. Juste un kaja-cola. Et un beignet.
- C'est bien parce que c'est vous, monsieur. »
Le cuistot me sourit en me servant. Faut reconnaître que ça a des avantages. Être à la tête de cette bande de bras cassés refile pas mal de petits bonus et privilèges. Bouffe pas dégueulasse, cochonneries au sucre dès le réveil, un mess calme et propre... Aussi calme et propre qu'un cul de bonne sœur : faut éviter de gratter ou de déplacer les meubles pour pas trouver des choses horribles.
À peine le temps de croquer qu'un des troufions du renseignement entre.
Il se met au garde-à-vous. J'le regarde. Il me regarde. On reste bien dix secondes à se juger de l'oeil. Il pouvait pas me blairer quand j'étais officier sup'. Le voilà sous mes ordres directs... J'le plains. Vu ce que je vais le faire baver. Quand on a du temps libre, faut en profiter pour faire chier ceux qu'en ont pas.
Je termine d'avaler avant de me lever.
« Repos, qu'est-ce qu'il y a ?
- Un émissaire du Kirin Tor, Commandant. Son portail s'est ouvert dans la zone prévue à cet effet et il est en trajectoire d'approche. Vos ordres ?
- Tirez-lui dessus à vue.
- Attendez, quoi ?
- Je plaisante, putain, les balais dans le cul ça se retire. Amenez-le moi. Nan, en fait, dites-lui de patienter. J'ai la dalle.
- Il a précisé que c'était urgent.
- Valria, c'est urgent. Le whisky, c'est urgent. Ma bite dans un ventilateur, c'est urgent. Pas un gnome qui veut me demander des comptes.
- Votre... quoi ?
- Trop d'infos, eh. Faut vraiment que j'apprenne à fermer ma gueule, maintenant... Allez, traînez pas, rompez, soldat. »
Il se tire en fermant la porte. Je vais ENFIN pouvoir boire ce Kaja-Cola... Rien n'est plus délicieux qu'un Kaja-Cola frais avec une petite goutte d'eau qui coule le long de la canette en acier, le long du logo et...
« Virg-... euh, pardon. Commandant, je peux vous parler une minute ? »
La voix de Tali. Même elle, elle arrive à me faire chier.
« Fous-moi la paix, minette. J'suis pas d'humeur.
- Juste un rappel... Vous avez un dossier urgent sur votre bureau. Il est ici depuis deux semaines, du temps où Alyona commandait, alors... Je me disais que vous pourriez accélérer les choses. »
Elle me fixe avec ses grands yeux blancs nacrés, brillants. Ceux pour lesquels j'aurais pu craquer si j'étais pas déjà maqué, et si j'avais pas qu'une seule envie là actuellement : boire mon putain de cola. Elle joue avec une mèche de ses cheveux verts. Une feuille tombe.
« Où est-ce que t'es encore allée ?
- Dans le marais.
- Et donc ? Y'avait des trucs marrants là-bas ?
- Juste ce qu'il y a dans mon rapport. De quoi améliorer drastiquement nos médicaments, onguents, pansements...
- Bon, je... j'ferais le nécessaire, beauté. En attendant, j'ai une réunion... un truc important.
- Virgile... Où est-ce que vous allez ?
- Me faire traiter d'incompétent. »

« Vous m'écoutez quand je vous parle, au moins, Commandant ?
- J'vais être honnête, nan. »
Le mage du Kirin Tor, un gnome aux cheveux roses, encore plus que ceux de Vhurn, éructe ses conneries. Il a l'air encore plus furax maintenant qu'il sait que j'en ai rien à foutre.
« Gardez à l'esprit que votre misérable Garde n'est rien sans nos financements et nos membres. Alors vous avez plus qu'intérêt de remplir votre part du marché, Commandant Carrington. Donnez-nous le fruit de vos recherches dès que vous les avez. »
Il incante un portail pour Dalaran et se tire. Je soupire. De soulagement. On a au moins évité la catastrophe diplomatique. Perdre un énième support financier... aurait pas fait que du bien à nos opérations.
Cela dit, ça change rien à mon quotidien déjà programmé deux semaines à l'avance. La paperasse, les dossiers, les rendez-vous diplomatiques. Dîner de cons à vingt-deux heures. Rendez-vous avec Vhurn demain pour parler boulot -et repousser ses avances pour la septième fois dans le mois. Kathyr dans trois jours. L'émissaire de l'Alliance dans sept. Pas une putain de minute à moi...
J'ai l'impression d'avoir été mis au placard avec un joli grade et un galon sympa en forme de visage souriant sur l'uniforme. À force de gueuler au loup, j'ai eu ce que je voulais. Ma propre équipe, mes propres troupes... Plus qu'à me démerder.
L'alarme retentit, sans plus de cérémonie.
« Le Commandant est attendu en salle de briefing. »
Une invasion de la Légion. Une énième invasion... ces salopards sont sur les rotules ces derniers temps. Ils préparent un sale coup, j'en suis sûr. Ils tâtent le terrain, les défenses. Ils essaient de trouver la brèche, l'endroit parfait, la tactique ultime.
Leurs méthodes sont comme les lois maritimes -et les performances sexuelles des petits officiers de merde : Dures et rapides. Mais ça m'arrange. Gratter du papier me fait chier.
Et je vais pouvoir faire mes deux choses préférées de la journée en même temps.
Botter des culs de démon. Et boire mon putain de Kaja-Cola.

Chapitre 1 : Hidden Movement

L'appareil se pose. La porte s'ouvre en grand. On descend, rapidement, armes en joues pour nous autres tireurs, dégainées et prêtes à êtres plantées pour le reste.
« Strike Command, ici Raven-1. On est arrivé sur place. En attente de vos ordres. Strike One descend.
- Bien reçu, Raven. Attendez nos consignes, nous demandons l'autorisation de l'Alliance pour intervenir sur leur territoire. »
Quel bordel, ces conneries de territoire souverain et de non-ingérence.
« Okay, vous tous. Bienvenue en enfer. Choisissez vos cibles et éliminez-les. On croise pas les jets, et on évite de tirer sur les copains. En avant. Et pas de prisonniers, j'ai déjà assez de Saryla. »
Mission de base, ce soir. Une attaque de la Légion sur une zone sous contrôle de l'Alliance. Un petit village attaqué et visiblement ravagé... Visiblement, ouais. Vu l'état des bâtiments, ça laisse pas de place aux songes. Des ruines, des cendres. Ce qui reste du clocher est en flammes, des flammes vertes, gangrenées. Des cadavres de civils sont étalés, le long de la rue principale dans laquelle on a atterri. Démembrés, découpés, déchiquetés. Un massacre. Des gosses et des gens sans armes, bordel. Le corps d'un des fantassins postés ici a été empalé sur un épieu de trois mètres, il pend en l'air, comme une bannière. Un putain de témoignage macabre de leur passage. Une des recrues s'attarde sur un des cadavres. Le cadavre d'une petite fille. Elle a plus de mains, tranchées net, sans doute une hache. Les yeux ont été arrachés. Vu la couleur blanche qu'a pris la robe déchirée de cette pauvre petite, ils se sont pas contentés de la buter...
« Un problème ?
- Rien, Commandant, rien... »
Elle se relève, se met au garde à vous.
« Repos, soldat... Votre nom ?
- Elen Thompson, monsieur.
- Détendez-vous, Elen. Je sais que c'est dur dans un endroit pareil, mais j'ai besoin que vous ayez les idées claires au cas où il en resterait. »
Une jolie blonde, une mèche dépasse de la visière de son casque. Elle a pas l'air rassurée... Je me souviens d'elle, ouais. Elle s'était présentée y'a quelques mois déjà, Valria m'avait fait un rapport. C'était quand j'étais dans cette putain de geôle en Outreterre. L'engagée volontaire Thompson faisait partie de l'Alliance, dans la marine, avant d'entendre parler de la Garde. Elle a la même formation que moi. Une fusilier-marin. Elle a les mêmes réflexes que moi. Le même entraînement. Le même insigne sur son uniforme, celui de la Garde. On est pas si différents, elle et moi...
« N'oubliez jamais ce que vous venez de voir, Thompson. Servez-vous en quand vous aurez plus que six cartouches dans le fusil et sept salopards à descendre. Six tirs, six morts. Et un grand coup de crosse dans les couilles du dernier. J'attends rien de moins de votre part, soldat. »
Elle hoche la tête. La radio grésille. La radio centrale, celle de toutes les troupes, du QG et du pilote.
« Strike One, ici Strike Command, vous nous recevez ?
- Ici Strike Leader, on vous reçoit cinq sur cinq. »
Strike One est le petit nom sympa qu'on donne à l'escouade déployée sur le terrain, celle menée par moi-même ou un autre officier. Aujourd'hui, j'ai embarqué trois recrues -dont Thompson, donc, en plus de Sthelios et Nellia. Strike Command, c'est le quartier général. Le Fort. Celui des Terres Foudroyées. Le réseau est dégueulasse, mais on fait comme on peut... L'avantage des ondes et des relais.
« Vous avez la permission d'intervenir, Strike One, l'Alliance a donné son accord. Soyez prudent.
- Bien reçu, Strike Command, on commence l'opération Lune du Diable. »
Opération Lune du Diable. Ils étaient vraiment inspirés quand ils ont trouvé le nom...

Sthelios ouvre la marche, le pas lourd, engoncé dans son armure massive en plaques. Déjà que sans son armure, ce mec est un colosse de cent-vingt kilos, plus de deux mètres dix, alors avec... Il a son abatteuse dans les mains, le genre d'armes à laquelle tu peux pas survivre, même avec la meilleure protection du monde. Il observe, comme un inquisiteur, chaque recoin, chaque détail, chaque planque hypothétique avec son regard glacial, d'un glacial qui ferait passer Sindragosa pour un mini-frigo gobelin de poche. Il pourrait dépecer une armée rien qu'en les regardant droit dans les yeux. Je voudrais vraiment, vraiment, VRAIMENT pas avoir à me retrouver contre lui. L'idée de me faire aplatir le crâne d'un coup de botte et me faire ensuite découper et démembrer pour servir de bouffe à quelques goules décérébrées m'enchante pas plus que ça. Mais coup de bol, je l'apprécie, et visiblement c'est réciproque... Je plains les cons qui ont décidé d'attaquer Azeroth alors que le Marchemort est encore sur place.
Derrière-lui, nulle autre que Nellia, méconnaissable dans son armure actuelle. J'ai trop l'habitude de la voir dans sa « tenue d'infiltration en milieu mondain ». Les bas résilles et la robe en satin lui vont bien... l'armure en kevlar et le masque de combat bien plus. Elle est dans son élément. Ça se voit. Elle scanne les environs avec l'ATH intégré au masque, armes au clair. Deux dagues à rouelles en gangracier, qu'elle se fait déjà un plaisir de planter dans des cous. Sthelios cogne, arrache, démembre avec brutalité, cruauté. Il laisse pas de place pour le doute, pour l'espoir. Il massacre. Il brutalise. Nell', elle fait tout dans la finesse. Un coup de dague, puis un autre, un enchaînement qui désarme, un coup de lame dans le tendon, puis dans les yeux, les poignets. Sthelios met en pièces, Nellia les dessine sur les peaux ensanglantées. Avec ces deux-là, j'pourrais conquérir le monde. Elle tourne la tête vers moi. Me sourit. Aucune idée de la signification.
Un sourire pour me rassurer, si elle pense que j'ai peur, que j'ai des appréhensions vis-à-vis de mon rôle, de ma responsabilité ? Ou tout le contraire, pour me dire qu'elle est heureuse, fière, ravie et rassurée d'être sous mes ordres ? Ou encore quelque chose de programmé ? De forcé ? Personne pourrait savoir. Personne pourrait même appréhender l'esprit mécanique, synthétique de Nellia. Faudrait une autre machine pour comprendre une machine. Des machines.
J'ai deux machines à tuer sous mes ordres.

« Mouvement. »
Je lève le poing. L'escouade s'arrête sur place, armes prêtes. Un truc a bougé dans l'ombre.
Une des recrues, Zaggrom Furie-des-Loups, un orc, approche lentement, hache dégainée. Il donne un grand coup en gueulant.
« CONTACT ! »
Il arrache ce qui semble être un bras gris et poilu, suivi d'un grand cri d'agonie. Il a fait mouche. On a pas recruté un incompétent, cette fois. Des dizaines de ces salopards nous tombent dessus. Des diablotins, trois gangregardes, un infernal. On est encerclés. Nan, nan... On est pas encerclés.
Ils se sont juste amassés autour de leurs bourreaux. Bienvenue en enfer. Et c'est nous les diables ce soir.
Sthelios bondit dans la mêlée et se joint à l'orc, charcutant un diablotin au passage. Sa lame runique lui découpe les jambes sans cérémonie, pour qu'il puisse mieux l'écraser sous son poids, d'un grand coup de pied, l'écrasant sur place. Le bruit des os des craques... on s'y habitue, ça, par contre. Ça en devient réconfortant.
« Thompson, grenade sur le clocher ! On va les empêcher de s'enfuir ! »
Elle s'exécute et jette la grenade à fragmentation dans un vague no man's land en ruines qui a du être une place, un centre-ville, autrefois... Elle éclate, faisant s'écrouler le peu d'édifices qu'il restait, créant une muraille encore en proie aux braises. Vous passerez pas, bande de fils de putes.
Chester, la dernière recrue, un réprouvé, braque son arme sur un gangregarde. Il tire, un déluge, une grêle de balles qui s'abat sur le torse de cet enfoiré cornu. Son sang vert dégueulasse coule le long de son torse. Mais pas assez pour l'arrêter. Le démon charge en hurlant. Il fait voler sa hache qui s'écrase sur l'épaule du réprouvé, qui se retrouve coupé en deux gros bouts de chair putréfiée.
« Homme à terre ! »
Nellia profite de l'éclat de rire du monstre pour lui sauter dessus, dagues en mains. Un coup dans l'omoplate, un autre dans la colonne vertébrale. Une lacération dans la nuque, juste ce qu'il faut pour faire gicler le liquide verdâtre et faire s'écrouler le colosse de muscles. Œil pour œil, dent pour dent, fils de pute. Je vise l'infernal, dans le point faible : le cœur. Bien protégé, bien entouré de cette roche dégueulasse qui le compose. Difficile à détruire, en théorie... En pratique, je compense bien mon pénis mutilé. Fusil anti-matériel, calibre 14,5mm, canon rallongé, culasse custom améliorée. Je suis un gros beauf des armes, et j'assume.
« J't'ai dans mon viseur, gros tas... »
L'infernal ricane. Je tire. Une détonation assourdissante suivie d'une explosion.
« Charge explosive enfoiré, t'aime ça, hein ?! »
Une pluie de rocailles suit l'écroulement croissant du désormais cadavre d'infernal.
La bataille continue pendant quelques minutes. Un petit quart d'heures à observer des démons se faire crever la gueule ouverte par un chevalier de la mort, une synthétique, un grunt et une fusilière. Y'a quelque chose de magique dans cet instant. Quelque chose qui fait toujours autant de bien, même après des années sur les champs de bataille. La fierté d'avoir accompli la mission, la gloire, l'allégresse. Revenir en vie, sauf, physiquement. Moralement, je me suis endurci, évidemment. Je ne suis plus le petit con fragile que j'étais en entrant dans la marine. Eau-Noire a gagné, dans les faits, je suis devenu exactement comme Sthelios et Nellia.
Une machine à tuer qui ne se réjouit que dans la mort de l'autre.

Un silence dérangeant règne. Juste le souffle du vent, les bruits de pas et de plaques de métal. Celui d'un corps qu'on place dans un sac mortuaire. Du chargeur qu'on fait rentrer dans la carcasse d'un fusil.
« Mission accomplie, Commandant. »
Sthelios me toise, du haut de ses deux mètres et plus encore. Il m'apporte la plaque de Chester. Tout le monde en a une, maintenant. Ordre de moi. Y'a que deux moyens de s'en séparer : quitter la Garde, ou y mourir. Il a fait son choix. … Son choix. Se faire découper par un connard venu d'un autre monde est jamais un choix.
« Merci, Cendresang... allez rejoindre le Raven-1. J'arrive. Je vais juste rendre cette terre à son peuple. »
Dans les décombres, le drapeau de l'Alliance git, sali et souillé, brisé. Je le secoue dans le vent pour le libérer de la poussière, des saloperies et du sang séché qui le recouvre. Des gens sont morts pour ce bout de tissu, pour cette couleur, pour cet emblème. Je le comprendrais jamais.
La seule structure intacte, Elune merci, est le porte-étendard nu de la place principale du village. J'y accroche le drapeau... je tire sur la corde. L'étendard remonte, éclairé par la lune et les braises de l'incendie.
Il va falloir enterrer les corps, après les avoir identifié. Il va falloir tout reconstruire. Il va falloir faire en sorte que ça ne se reproduise jamais. La mort et la guerre sont dégueulasses, j'en ai assez de dire le contraire.

_________________
"Pourquoi tirer une fois quand on peut tirer quarante-six fois ?"

Attaque de Roflcopter sauvage, Orneval, 1972.

Avatar totalement badass, courtesy of Mebana.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sthelios
Membre
Légionnaire
Humain Deathknigt
Champion de la Lame d'Ébène
avatar

Messages : 170
Date d'inscription : 17/06/2016

MessageSujet: Re: Vigilo Confido   Jeu 4 Mai - 23:21

La suite ! La suite !
Au boulot frangipane, j'en ai pas eu assez ! T'as toujours un talent insolent.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Doom
Administrateur
Capitaine
Humain Chasseur
Soldat Funeste
avatar

Messages : 320
Date d'inscription : 26/11/2015
Age : 21
Localisation : Los Santos

MessageSujet: Re: Vigilo Confido   Dim 21 Mai - 14:07

Chapitre 2 : The Demon Underbelly


« Bonjour, Commandant... »
Les ambassadeurs des factions sont attablés. La table de mon centre de commandement. La table de ma salle de briefing. Ma table. Celle sur laquelle je pose mon gros cul entre deux opérations, parce que j'ai plus le temps de rien maintenant. Ils ont entre leurs mains un paquet de dossiers, de parchemins, de rapports, de compte-rendus et j'en passe. Putains de gratte-papiers.
« Salut. »
Je m'approche d'eux, une canette de Cobo-Cola bien fraîche entre les mains. Ils sont tous réunis. On a réussi le tour de force de foutre autour de la même table les ennemis jurés de toujours. Un ambassadeur de l'Alliance, Lord Byron, petit caniche de Varian ; et le général Mâche-Crânes, ancien collaborateur de Garrosh, gardé par Vol'jin pour ses compétences. En plus de ces deux-là, les représentants des autres factions « alliées ». Nos employeurs. Un archimage du Kirin Tor, un maître-pandashan, un redresseur de torts de l'Aldor, et j'en passe. Que le beau gratin des privilèges et de la suce-boulerie grandeur nature de la diplomatie. Y'a que Vhurn qui casse le tableau. Elle vient représenter son patron. Le planqué, le bizarre. Bayne...
Byron se lève, comme son verre, avant de l'ouvrir.
« J'avais de grands projets pour la Garde Cendrée, commandant. Et vous les avez surpassés. Ces deux derniers mois ont été éprouvants pour vos hommes, mais vous avez su maintenir le cap et défendre nos intérêts communs. Bon travail. »
J'allume une cigarette en regardant ce clampin. La cinquantaine, un sale bouc, des bacchantes, des yeux verts, un triple menton... Opulent et bien fringué. À quoi je m'attendais.
« Je leur transmettrai, monsieur... Si vous m'avez fait venir que pour me féliciter, je m'en serais passé. Et c'est pas de la modestie, j'ai juste autre chose à foutre.
- Nous le comprenons bien, Commandant... »
L'orc reprend la parole. Ils se seraient concertés, ces deux-là ? Il a un œil en moins, des cicatrices partout sur le corps. Il porte une armure en cuir, et une dague de cérémonie... Chanteguerre ? Pas un tendre.
« Nous avons aussi, de notre côté, mené la lutte. Et découvert des renseignements qui pourraient vous intéresser.
- J'vous écoute, général.
- Connaissez-vous Nilathak ?
- Juste de nom. La Prophétesse m'en a parlé...
- Oh, vous la connaissez. Parfait. Laissons la Dame aux corbeaux s'exprimer... »
Un de mes gars ouvre la porte, une main sur la poignée, l'autre sur le revolver dans son holster. Il fusille du regard l'espèce de saloperie hérétique qui vient d'entrer. Des bruits d'aiguilles qui claquent sur le sol, une longue robe violette aux motifs dignes d'un bouquin de magie noire, des amplificateurs de magie, des runes arcaniques qui flottent autour de son visage voilé, encapuchonné. Une démarche de demie-elfe perchée sur ses échasses, comme on en fait plus de nos jours. Je suis ravi de la revoir... plus que je l'aurais voulu.
« Virgile... Je n'en attendais pas moins de vous. Vous avez fait les bons choix. »

« Donc, si je résume... Ce fils de pute est un dissident de la Légion, il veut niquer profond Kil'Jaeden, prendre sa place et veut prouver qu'il est tout à fait capable d'être le nouveau fils adoptif de Sargeras. En prenant Azeroth et en massacrant les lignes de défense. »
Kathyr hoche la tête. Deux ambassadeurs font une syncope en m'entendant. Et ouais, les mecs. Le balai dans le cul, dans la Garde, c'est pas réglementaire.
« Il va vous falloir enquêter sur la présence de sectes vouées à Nilathak, et les éliminer. Commencez donc par les très illustratifs Fils de Nilathak.
- Je m'en occupe, Kathyr... Mais j'aurais quelques questions. À vous poser en privé. Quand les ambassadeurs seront partis. »
Ils se lèvent, un par un. La scène dure bien cinq minutes. Des sourires gênés, forcés. Des faux compliments, des déclarations obséquieuses. Y'a que le type des Pandashan qui pue pas la noblesse incestueuse et l'aide intéressée.
Finalement, on se retrouve plus que nous deux. Une bouffeuse de cadavres de créatures intelligentes, et un bourreau des sayaad...
« Vous étiez où, bordel ? J'vous ai attendu pour le botter le cul, vous savez.
- J'avais... quelques projets personnels.
- Et votre fille ?
- Elle grandit, à vue d'oeil. Lidra lui raconte beaucoup de vos aventures. Elle s'imagine déjà s'entraîner à l'arme à feu à vos côtés. Vous l'impressionnez, Virgile... Mais, sur qui n'avez-vous pas cet effet ?
- C'est une proposition ?
- Un aveu. Mais, ce n'est pas le sujet... »
Elle pose un grimoire sur la table.
« Donnez ceci à vos hommes. Ceux en charge des études, j'ai eu vent de ce que vous avez créé.
- Ouais, j'ai modernisé la Garde. On a des sections dédiées. Dont une qui se fera un plaisir de foutre le nez dedans. »
Le bouquin est pas normal. Presque... pas de ce monde. J'ai jamais rien vu d'aussi hors du temps. Et pourtant je pensais que les coincés de la cour l'étaient déjà pas mal.
« C'est... quoi, ce truc ? »
Je prends le livre, avec une seule main, et loin de mon visage. Les succubes sortent pas des anus quand les démonistes prennent leur pied au pieu. Certes. Mais on peut faire un paquet de trucs avec un bouquin démoniaque...
« Un tome du Chaos. Ne l'ouvrez pas. Et surtout, surtout, ne regardez pas les images.
- C'est... Aussi horrible que ça ?
- Vous avez déjà lu les torchons qu'écrit Vhurn ?
- Jamais.
- C'est du même niveau dans l'horreur. Insoutenable. Navrant. Dépravé mais en même temps il y a ce quelque chose de... d'érotique.
- On parle toujours du tome du Chaos ?
- Oui. »
Elle me fait un grand sourire. Ça serait presque flippant.
« Mais nous ne sommes pas ici pour parler littérature. Faites analyser le tome par vos arcanistes. De votre côté, vous allez devoir infiltrer...
- Je vais chercher mon silencieux, pas de problème.
- … une soirée mondaine...
- D'accord, je mettrais ma combi moulante.
- Tenue correcte exigée. »
Elle me sourit.
Attend quoi ?

Un costume de pingouin sur le dos, pas d'arme dans les holsters et pas de clope non plus, me voilà en marche forcée pour aller rejoindre le petit restaurant bien connu de la noblesse. Pour y entrer, faut faire la queue ou avoir réservé cinq ans à l'avance... Le portier me reconnaît, m'interpelle.
« Monsieur Carrington ! Monsieur Carrington, par ici monsieur ! »
Il me fait entrer, ce qui a l'air de pas mal provoquer la haine et la rage d'un paquet de gros tas nobliaux qui faisaient la queue. Elune seule sait depuis quand.
Nellia est au fond, attablée au balcon. Elle me fait signe. Elle porte sa « Tenue d'infiltration en milieu mondain », une jolie robe noire et moulante en soie, des collants pas trop opaques, des escarpins noirs...  Et ses légendaires lunettes teintées.
« Administrateur Doom. Acceptez ce message préenregistré faisant part de mon émulation de sentiments positifs à la vue de votre arrivée.
- Moi aussi, Nell'... Moi aussi. Si tant est que j'ai pigé ta phrase.
- Les nobles humains ici présents se pressent pour se nourrir alors que la composition des plats fait qu'ils pourraient les avoir chez eux. Spectacle amusant, vous ne trouvez pas ?
- Ouais.. Tu sais c'que j'pense des friqués planqués. »
On se fait servir un homard braisé. J'en avais jamais mangé avant. Y'a pas à dire, c'est divin...
« … Administrateur. Il y a quelque chose d- ».
Elle termine pas sa phrase. Un coup de feu. Cinq mercenaires entrent en poussant les tables et en empêchant les éventuels fuyards d'se barrer. Un d'eux, sûrement le chef, saute sur une table et gueule.
« Mesdames et messieurs, ce soir, le spectacle vous est offert par Violence et Fils ! Amusez-vous bien ! »

Nellia m'aide à retourner la table. Ça nous servira d'abri. Au moins le temps de faire diversion... diversion, ouais, voilà ce que je vais faire.
« Nell'. Va chercher les autres. On va avoir besoin de renforts... »
Elle hoche la tête. Se relève, fait quelques pas. Du bruit à cause de ses chaussures... ce qui attire l'attention d'un des mercenaires.
« Hey ! Y'en a une ici ! »
Il approche. Je le chope, je l'étale au sol, je lui casse la nuque d'un grand coup de poing. À moi son flingue.
Nellia se retourne, m'observe avant d'ajouter :
« Vous vous servez de l'Unité comme appât. »
Pauvre petite...
« Je vous sers d'appât. M'en souviendrais. »
Elle continue de s'en aller, à quatre pattes, chercher des renforts, en grommelant. Bordel, j'espère qu'il y aura des renforts...

Je me relève, j'en descends trois. Le bruit de l'arme attire le dernier, qui appelle des renforts. Ils sont sept, au moins, à entrer par toutes les ouvertures de ce putain de restau chicos. J'aurais mieux fait d'aller chez MacGobelins... Un pointeur laser sur ma poitrine, deux autres. Je recule, jusqu'à me coller contre un truc. Un mur, j'espère. Le mercenaire tire, rate, mais explose ce fameux mur... un aquarium. Appuyé dessus, je perds l'équilibre. Je tombe à la renverse. Sacré putain de chute.
J’atterris sur le dos. Une plateforme de maintenance de la digue. On remerciera jamais assez le petit ouvrier...
La radio s'agite. La voix de Valria.
« Virgile ! Vous m'entendez ?
- Ouais...
- Vous avez fait une sacré chute !
- J'avais remarqué, chérie.
- Qu'est-ce que vous pouvez me dire sur les mercenaires qui vous ont attaqué ?
- Euh... Ils ont des flingues et ils m'aiment pas ? »
Je me relève, difficilement. J'ai des éclats de verre dans le dos et un poisson qui s'est planqué dans ma poche ventrale. Je balance ce petit clandestin à la mer avant de retirer les éclats de verre. Enfin, ce que je peux toucher sans me déboîter le bras...
« Il devrait y avoir une écurie, non loin d'ici, Virgile. Je vous retrouve là-bas.
- Okay. »
J'empoigne le revolver volé à un de ces enfoirés. Je descends de la plateforme, petit à petit, pour me retrouver de l'autre côté du mur. Un champ, avec une écurie, comme prévu. Deux de ces fils de putes sont là-bas. Ils m'attendent... Je m'approche, lentement, discrètement, pour les prendre par surprise. Enfin, j'aurais aimé. Une draenei en armure lourde a trouvé très amusant de leur sauter dessus à ce moment là, pour les éclater au sol, avec son énorme masse d'arme.
Elle tourne la tête vers moi, me sourit.
« Il paraît que vous avez traversé un aquarium, mon cher !
- Plus tard, Valria.
- Hmm... »
Elle m'observe. Avec insistance... Elle me mate ?
« … Jolie tenue.
- Plus tard, bordel !
- Oui, oui... allons retrouver les autres. »

Manque de bol, la porte de cette putain d'écurie est fermée à clé.
« Je m'en occupe, Chérie. »
Je pointe le flingue en direction du cadenas... Elle pose une main sur mon épaule, en faisant une grimace. Elle pointe ensuite du doigt un gnome, recroquevillé, planqué derrière des tonneaux. Elle va le voir.
« Vous pourriez nous ouvrir ? »
Le gnome lui donne une clé avant de se barrer en courant.
« Merci ! »
Valria entre la clé dans le cadenas, ouvre la porte et me sourit. Pff, j'aurais pu le faire moi aussi...
On a à peine fait trois mètres qu'un véhicule blindé se plante devant nous. La porte s'ouvre, quatre types à l'intérieur nous tirent dessus. Dont un avec un minigun.
Valria me chope par le col et nous met à couvert derrière un rocher. Comment on va se sortir de cette merde, bordel ?

« LOK'TAR OGAR ! »
Un orc brun charge dans le tas et renverse le véhicule. Il en profite pour tabasser tous les occupants, jusqu'à ce qu'ils bougent plus. Un d'entre eux essaie de se relever. L'orc le soulève et le jette contre un mur.
« Gar'thok, mais qu'est-ce que vous foutez là ?!
- Baaah, j'me prends la tête avec l'Alliance sur l'expansion du Clan... j'avais besoin de décompresser. Toujours dans les emmerdes, hein Doom ? »
Il sourit, fier de lui. Y'a de quoi. Dans la radio, la voix de Nellia.
« Renforts en route, Administrateur. Quelle est la situation ?
- On s'en sort plutôt pas mal... mais leurs potes rappliquent. »
Ils ont le chrono facile, ou un timing parfait, je sais pas. Et honnêtement je m'en fous. Actuellement tout ce qui m'intéresse, c'est de me farcir la quinzaine d'autres mercenaires qui déboulent. Gar'thok me passe le minigun. Je fais tourner les canons...
« Ces mecs ont un vrai putain de désir de mort. »
Je tire. Enfin, je tonds la pelouse, pour être précis. C'est comme un ravalement de façade, supplément carrelage et toiture. Y'en a de partout, de tous les côtés. Les membres sont dispersés, les têtes volent, le sang gicle, les os se brisent et les chairs se décomposent au contact des balles de calibre cinq millimètres de l'arme. Et je parle même pas de ce que leurs font Valria et Gar'thok...
Celui-ci se met à l'ouvrir en plein combat. Il peut pas s'en empêcher.
« C'est la meilleure arène du monde ! Plein de choses à détruire ! »

Neuf-mille cartouches tirées, une cinquantaine de cadavres. Trois blindés détruits. Quatre montures au sol. Une dernière tient debout, sans son cavalier. Sacré score, n'empêche. Pour un commando improvisé qui fait avec les moyens du bord.
Le Raven-1 se pose, près de nous.
« Ici Big Sky, j'ai le Commandant en visuel. On rentre à la base pour débriefing. »
Super. Encore de la paperasse. Parfois j'me dis que le meilleur moment de la soirée, c'est quand j'ai traversé cet aquarium. C'était rafraîchissant...

_________________
"Pourquoi tirer une fois quand on peut tirer quarante-six fois ?"

Attaque de Roflcopter sauvage, Orneval, 1972.

Avatar totalement badass, courtesy of Mebana.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Vigilo Confido   

Revenir en haut Aller en bas
 
Vigilo Confido
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La Garde Cendrée :: Rempart du Néant (RP) :: Bibliothèque :: Histoires du passé-
Sauter vers: