La Garde Cendrée

S'ils se tiennent derrière toi, offre leur ta protection.
S'ils se tiennent à tes côtés, offre leur ton respect.
S'ils se tiennent sur ta route, ne montre aucune pitié.
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 [Journal] Journal de l'Archimage Antonidas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Malwelch
Membre
Légionaire
Draenei Paladin
chevalier d'Argus
avatar

Messages : 194
Date d'inscription : 23/06/2016
Age : 45
Localisation : Quelques part en Azeorth

MessageSujet: [Journal] Journal de l'Archimage Antonidas   Mar 28 Juin - 2:49

8 oct.
Comme je l'ai dit auparavant, le dangereusement vaste potentiel de certaines écoles de magie m'inquiète de plus en plus, ainsi que la différence qui règne entre les lois et les limites qui devraient leur être imposées. De plus, des recherches poussées sur ces écoles instables montrent une tendance à une diminution des prérequis académiques pour une augmentation de la puissance des résultats.

Un de mes étudiants m'a demandé aujourd'hui : « Pourquoi y a-t-il autant de limitations pour les portails traditionnels, alors que les gangreportails peuvent être deux fois plus grands et durer dix fois plus longtemps ? ». L'étudiant n'avait pas encore été éduqué dans l'abstraction de ce qui est pratique et de ce qui est réalisable, cependant la question a déclenché chez moi une certaine dualité : quel avenir y a-t-il pour les pratiques établies de la magie quand tant de variations sauvages menacent de les éclipser ?

Je fais tout ce que je peux pour réprimer les recherches sur les magies gangrenées et la nécromancie, mais leurs potentiels me dérangent et me captivent tout autant. Je refuse de croire que leur efficacité puisse prendre le pas sur les critiques habituelles sur leur stabilité ou leur « malfaisance », que ces écoles de magie possèdent le monopole des possibilités de progrès dans le domaine de la magie. Pourtant, lorsque j'observe l'infernal massif pour ce qu'il est, ou que je vois les terres flétries par un simple geste de la main, je crains que mon opinion ne se transforme d'évangile en dogme dans l'esprit de mes pairs.
 
16 oct.
Mon intérêt premier est passé à la recherche sur la peste qui fait des ravages au nord. J'ai annulé la plupart de mes cours pour me concentrer sur mes recherches à propos de cette terrible anomalie.
Avec d'immenses précautions, je me suis procuré une cargaison de céréales pestiférées. J'ai été immédiatement impressionné et méfiant de l'aspect inoffensif du paquet. Il n'y avait pas de décoloration, pas d'odeur perceptible, et aucune différence avec les autres gerbes de céréales.
À cet instant, je compris pourquoi cette peste s'était propagée aussi vite. 

17 oct.
Des études plus poussées de la peste ont apporté des conclusions troublantes, et des implications encore plus inquiétantes.
Les tests initiaux ont montré que la peste n'a que des effets mineurs sur les créatures non humaines. Les symptômes vont de la fatigue, la nausée, la fièvre, aux hallucinations mineures, mais aboutissent rarement à la mort. Sur les tissus humains cependant, la peste agit uniformément et avec une vitesse sans précédent vers la nécrose.

Il serait stupide de croire qu'un tueur d'humains si efficace ne se trouve uniquement dans les rations humaines que par le plus grand des hasards. Bien qu'il soit possible que ces deux occurrences ne soient aucunement liées, j'ai décidé de déléguer d'autres ressources à la recherche de la source de cette peste, car je crains qu'un cerveau se soit chargé de la diriger contre notre peuple.

Mais d'autres recherches doivent également être menées ici, à Dalaran. Je déciderai plus tard qui envoyer enquêter à ma place, après y avoir réfléchi sérieusement. 

18 oct.
Je suis tombé sur un facteur-clé de cette peste, si habilement caché dans sa méthodologie que j'en suis venu à deux conclusions définitives : qu'elle a été développée dans le seul but de mettre un terme à la vie humaine, et qu'elle doit son origine à un être intelligent.
À long terme, la peste cause une certaine reprise de l'activité chez les morts. Cette activité est très faible au début, et je l'ai négligée, la prenant pour un effet secondaire mineur. Cependant, cette énergie a persisté. Une pensée m'a frappé, à la fois surprenante et puissante : le cadavre attendait quelque chose. 

À cette époque, je n'avais aucune preuve pour le confirmer, mais j'ai quand même passé du temps à essayer. J'ai utilisé mes notions limitées en nécromancie pour lancer de simples malédictions sur le cadavre. Relever les morts ne m'intéressait pas, à ce moment-là, je voulais seulement modifier ou distinguer l'énergie irradiant du cadavre. Imaginez ma surprise lorsqu'il revint à la vie et m'attaqua. 

Je n'ai pas hésité à le réduire en poussière, et maintenant je le regrette. Mais j'ai été capable de prouver ma théorie selon laquelle le cadavre (et par extension la peste dont il est saturé) attendait vraiment de nouvelles instructions. Il est clair que ceux qui meurent de cette peste sont seulement étendus inactifs dans leurs tombes, dans l'attente du nécromancien habile qui les réveillera.

En résumé, il est incontestable que la peste est de nature magique. 

20 oct.
J'ai décidé d'envoyer ma disciple la plus loyale, Jaina Portvaillant, enquêter sur l'origine de la peste. D'après mes recherches, je crois que seule ma disciple la plus douée sera capable de maîtriser les défis inconnus que soulèvera une telle tentative. Elle emmènera avec elle une copie de ce journal et mes autres documents sur mes recherches au sujet de la peste. En effet, je vais les rendre publiques, car tout le monde doit prendre conscience de cette menace imminente.

J'aurais aimé pouvoir mener cette enquête moi-même, mais Terenas est resté complètement fermé à mes demandes. Il est primordial que j'arrive à le convaincre de mettre le nord en quarantaine. Quoi qu'il en soit, j'ai totalement confiance en l'ingéniosité de Jaina. Si ni elle ni moi ne pouvons mettre un terme à cette infestation, je doute que quelqu'un y arrive.

-Antonidas-
<... Ceci est marqué du sceau du Conseil des Six ...>

_________________
A l'ombre de mon bouclier se cache mon cœur.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
[Journal] Journal de l'Archimage Antonidas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La Garde Cendrée :: Rempart du Néant (RP) :: Bibliothèque :: Documents historiques-
Sauter vers: